Envoyer l'article par email

Courriels des destinataires séparés par des virgules.
Le logement meublé : grand gagnant de la crise ?
25.03.21

Depuis l’arrivée de la crise sanitaire en mars 2020, le secteur du tourisme broie du noir. Le Comité national du tourisme a rapporté qu’en Île-de-France, le nombre de visiteurs au premier semestre 2020 a chuté de 14,3 millions, par rapport à 2019 à la même période. Les touristes sont moins présents, et les locations de logements meublés, très populaires en temps normal pour les voyages de courte durée, ont chuté. De nombreux bailleurs se sont ainsi retrouvés sans possibilité de louer leur bien, et ils ont décidé de les mettre à disposition sur le marché immobilier pour une location longue durée. Un revers de situation qui a fait exploser l’offre de biens meublés disponibles.

 

Une explosion impressionnante des offres après le premier confinement

La crise sanitaire a eu un impact dans tous les domaines, et particulièrement sur le tourisme et l’hôtellerie. Pendant le premier confinement notamment, la location des logements meublés sur une courte durée était au point mort, impactant les bailleurs qui se sont retrouvés sans possibilité de louer leur bien. En cause ? La fermeture temporaire des frontières, la limitation des voyages au sein même de l’Union européenne, et la restriction des déplacements en France. 

Pour pallier cette situation inédite, nombre de propriétaires de logements saisonniers ont décidé de mettre leur bien sur le marché de la location classique, afin de rattraper les pertes des 3 mois du premier confinement. Dès le mois de mai, les propositions sur les sites de location et en agence ont flambé. Sur le site Bien’ici, les propositions ont augmenté de 50 % par rapport aux mois précédents. Sur le site PAP, le nombre de logements meublés a augmenté de 39 % en juin 2020 par rapport à la même période en 2019. Record battu.

Une location sans les contraintes d’Airbnb

Cette augmentation des offres se justifie par deux raisons. La première est évidente : les restrictions de déplacements limitent drastiquement le nombre de voyages professionnels et touristiques.

La seconde raison de l’augmentation des locations meublées est plus profonde. Elle concerne l’évolution des lois, de plus en plus contraignantes. En effet, pour un site de locations spécialisé tel que Airbnb, le logement proposé doit rester la résidence principale du propriétaire. Il lui est donc interdit de louer plus de 120 jours par an. En cas de location plus longue, le logement devient un local commercial, et il faut une autorisation spécifique. En cas de non-respect de ces règles, des amendes de 50 000 euros peuvent être appliquées aux propriétaires.

Calme plat pour les loyers 

Malgré ce boom important des offres de location meublée sur le marché immobilier, les loyers, quant à eux, ne baissent pas, contrairement à ce que la loi de l’offre et de la demande pourrait faire croire. D’après les chiffres de 10 grandes villes de France examinées par le site Seloger.com, la variation des loyers reste très hétérogène : 

  • Bordeaux : + 12 %

  • Nantes : + 3 %

  • Lyon : + 1 %

  • Mulhouse : + 1 %

  • Toulouse : + 0 %

  • Marseille : + 0 %

  • Paris : 0 %

  • Strasbourg : - 3 %

  • Nice : - 4 %

  • Rennes: - 10 %

Le boum des offres de logements meublés ne semble donc pas encore suffisamment important pour influer sur les prix. Pour les agents immobiliers, cette multiplication des offres a de quoi réjouir, après une année difficile.