Envoyer l'article par email

Courriels des destinataires séparés par des virgules.
GALIAN - Bail d’habitation / Copropriété : Conséquences de l’arrêté de péril sur les seules parties communes
15.12.16

[e-Mo RCP] Bail d’habitation / Copropriété : Conséquences de l’arrêté de péril sur les seules parties communes

Par un arrêt du 20 octobre 2016 n°15-22680 la Cour de cassation vient préciser que lorsqu’un arrêté de péril vise les seules parties communes d’un immeuble en copropriété (et non les parties privatives), la suspension des loyers vaut pour tous les lots comprenant une quote-part dans ces parties communes. 

Pour mémoire le code de la construction et de l’habitation (article L.521-2 al.3) dispose que « pour les locaux visés par une déclaration d'insalubrité ou par un arrêté de péril, le loyer en principal ou toute autre somme versée en contrepartie de l'occupation du logement cesse d'être dû à compter du premier jour du mois qui suit l'envoi de la notification de l'arrêté ou de son affichage à la mairie et sur la façade de l'immeuble, jusqu'au premier jour du mois qui suit l'envoi de la notification ou l'affichage de l'arrêté de mainlevée »

Article rédigé par Maître Cyril Sabatié